Annapurna Base Camp (ABC) – conseils pour préparer son trek

.

Le trek du camp de base des Annapurna est considéré comme l’un des treks classiques du Népal, et accessible à tous (ABC : AnyBody Can !). Durant la marche d’approche de quelques jours à travers les « collines » (des montagnes à 3000m tous de même !), on passe par de magnifiques points de vue sur le massif des Annapurnas. Puis l'on arrive au plus près des montagnes enneigées par une marche de deux ou trois jours dans une vallée profondément encaissée, pour déboucher sur le sanctuaire des Annapurnas, entouré de sommets à plus de 6000m.

J‘ai réalisé ce trek en octobre 2019 – début de la haute saison (moins de places dans les lodges et tarifs des chambres plus élevé)

Voici quelques conseils pour bien le préparer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec ou sans assistance ?

 

 

Le guide

Le trek de l’ABC et la plupart de ses variantes sont bien balisées et assez aisées à suivre. Si vous restez sur les itinéraires classiques, même si vous n’avez pas l’habitude de la montagne, il y aura toujours un panneau, des touristes ou des locaux pour vous indiquer le chemin à prendre. Donc le guide ne vous sera pas d’une grande utilité pour l’orientation.

En revanche, il pourra vous donner quantité d’informations sur la faune, la flore locale, les habitants, les coutumes,  etc… Et en haute saison il vous permettra également de réserver les lodges à l’avance. Est-ce nécessaire ? Selon moi, c’est un confort, mais ce n’est pas indispensable. Si l’on veut être sûr d’avoir une place à la prochaine étape, on peut très bien demander au lodge om l’on réside le soir d’appeler pour le lendemain, ou appeler nous-mêmes.

Les compétences des guides peuvent être très variables. Il y a plusieurs formations de guides au Népal. Pour les plus courtes, il est possible d’obtenir une licence en un mois.

Donc en résumé si vous optez pour un guide, assurez-vous qu’il sache vous parler de l’environnement et de son pays, ce sera sa principale plus-value.

 

Les porteurs 

En lavant ses affaires le soir pour le lendemain matin (en octobre, ça avait le temps de sécher), en prenant des vêtements adéquats pour la montagne (vêtements chauds, bonnet, gants, coupe-vent, etc…) et un duvet, on peut assez facilement s’en sortir avec un sac de moins de 10kg. A vous de voir si vous vous sentez capable de porter ce poids pendant une dizaine de jours.

 

Et en autonomie complète ?

C’est-à-dire, sans porteur, sans guide, et sans passer par les lodges (en dormant en tente et en faisant sa propre cuisine). Oui, bien sûr, c’est possible, mais quel intérêt ? Les lodges sont implantés au maximum toutes les 2h de marche, on peut s’y ravitailler en eau et en nourriture, y dormir, rencontrer d’autres personnes… Pourquoi s’en priver ? Si vous connaissez assez la montagne pour partir en autonomie, dans ce cas pourquoi ne pas choisir un itinéraire plus sauvage ?

 

La durée

 

C’est la seconde question à se poser si vous avez fait le choix de partir sans guide. L’ABC est un trek flexible, que l’on peut faire en 6 jours en faisant un aller-retour au plus rapide, ou jusqu’en 12 jours (voire plus) en prenant des variantes (ou en couplant avec d’autres treks). A vous de décider le temps que vous voulez y passer.

 

L’itinéraire et les variantes

 

Plusieurs options sont possibles, en fonction de la durée choisie et du rythme de marche. Voici une liste non exhaustive des options envisageables.

 

Itinéraire direct au départ de Naya Pul (5-6 jours)

De Naya Pul, jeep ou bus jusqu’à Ghandruk puis marche : Chomrong, ABC puis retour en finissant à Motkyu, près de New Bridge (possibilité de prendre une jeep ou un bus pour le retour).

 

Itinéraire direct au départ de Phedi (7-8 jours)

Marche de Phedi, en passant par Landruk, Chomrong, ABC puis en finissant à Motkyu, près de New Bridge (possibilité de prendre une jeep ou un bus pour le retour).

 

Variante par Poon Hill  (8-10 jours)

Départ de Naya Pul, Ulleri, Ghorepani, Poon Hill, Tadapani et retour sur l’itinéraire principal Chomrong, ABC et retour. Possible de faire un crochet à Ghandruk après Tadapani. Retour par Motkyu, Ghandruk ou Naya Pul.

 

Variante par Poon Hill sens inverse (10-12 jours)

L’itinéraire précédent peut se faire en sens inverse, au départ de Phedi. Dans ce cas cela donne : Phedi, Landruk, Chomrong, ABC, retour puis Ghandruk ou Tadapani, Ghorepani, Poon Hill, Ulleri et Naya Pul. L’avantage de ce tracé, c’est que l’on va directement à l’objectif (l’ABC) et l’on peut ensuite adapter  la longueur du trek à la fin selon les envies.

 

Autres variantes

  • Couper à travers les villages pour éviter la piste Ghandruk – Birethanti : c’est possible, cela rajoute environ 1h30 mais le chemin n’est pas balisé et il n’y a pas de lodges ni de tea shops. Il faut demander son chemin et être autonome en nourriture et eau.

  • De Birethanti, passer par Dangsing et le Dangsing Mohoriya trek pour rejoindre Ghorepani : c’est aussi possible, mais beaucoup plus long, et comme l’itinéraire précédent, il n’y a ni lodge ni tea shops sur le trajet. Il faut être autonome. Un balisage de l’itinéraire est en cours.

  • Passer par le Muldai view point : on peut imaginer dormir à Deurali et rejoindre Tadapani en passant par le Muldai, Isharu et Meshar. La journée est longue, la grimpette plutôt sévère, l’altitude élevée, mais la vue là-haut est à couper le souffle. C’est le point de vue le plus proche de ce versant des Annapurnas. L’itinéraire est bien balisé.

Mon itinéraire

Retrouvez les détails techniques jour par jour de mon itinéraire en bas de la page.

Contact: romain@romain-montagne.com                     Tél. 06 76 39 91 18

Mon itinéraire

Ci-dessous l’itinéraire que j’ai choisi, en 9 jours. Il y avait environ 1h de pause tous les midis et nombreuses pauses photos, grignotages, etc. au fil de la journée. Itiniéraire effectué sans guide ni porteurs.

 

Jour 1 

Naya Pul (9h30) è Ulleri (16h)

D+ 1100m / D- 100m / 12km

Le long de la piste la plupart de la journée

 

Jour 2

Ulleri (8h30) è Deurali pass (16h30)

D+ 1300m / D- 200m / 12km

Pas passé par Poon Hill

 

Jour 3

Deurali (8h) è Muldai (12h30)è Tadapani (16h30)

D+ 700m / D- 1050m / 10km

Possible de voir le lever de soleil sur les montagnes. Journée magnifique avec le point de vue sur Muldai

 

Jour 4

Tadapani (8h) è Sinuwa upper (15h30)

D+ 900m / D- 1250m / 12km

Possible de voir le lever de soleil sur les montagnes. Journée longue avec beaucoup de montées/descentes

 

Jour 5

Sinuwa upper (8h) è Deurali (14h30)

D+ 1050m / D- 250m / 12km

Entrée dans la vallée de la Modi Khola

 

Jour 6

Deurali (7h30) è ABC (10h) è MBC (17h)

D+ 950m / D- 450m/ 12km

Journée passée à l’ABC pour profiter du paysage puis descente au MBC pour alléger la marche du lendemain

 

Jour 7

MBC (8h30) è Sinuwa lower (16h)

D+ 250m / D- 1750m / 15km

Longue et éprouvante descente du retour

 

Jour 8

Sinuwa lower (8h30) è Ghandruk (15h30)

D+ 900m / D- 1050m / 12km

Détour par Ghandruk pour visiter le village

 

Jour 9

Ghandruk (8h30) è Naya Pul (14h30)

D+ 350m / D- 1150m / 12km

Passé par les petits villages pour éviter la piste du fond de vallée

 

Total

Environ 7500m de dénivelé pour 55h de marche et 110 km

Comment limiter son impact sur l’environnement ?

 

Le trek de l’ABC se situe dans une zone protégée : « l’Annapurna Conservation Area Project ». En plus de l’occupation permanente locale, l’environnement subit la pression de dizaine de milliers de touristes par an, qui consomment nourriture, eau, et bois ou gaz pour la cuisine, le chauffage ou l’eau chaude. En quelques gestes simples, il est possible de réduire l’impact de son séjour sur ce magnifique environnement.

  • Prendre une gourde (et éventuellement des pastilles ou un filtre à UV pour purifier l’eau). En effet dans la zone de conservation, les lodges ne sont pas autorisées à vendre des bouteilles d’eau en plastique. Du coup, toutes proposent de remplir votre gourde avec de l’eau filtrée pour environ 100 roupies. Avec les pastilles, pas besoin des lodges, vous pouvez prendre de l’eau courante à peu près n’importe où.
  • Il n’y a pas de traitement des eaux usées dans les lodges, tout va directement dans la nature. Utiliser un savon et un dentifrice bio permettent de limiter son impact sur la nature.
  • Limiter ses déchets. Actuellement, les déchets sont LE point noir du trek. Ils ne sont pas traités. Le plus souvent, chaque lodge ou chaque village dispose d’un endroit pour les brûler.  Et comme vous allez malheureusement pouvoir le constater, les déchets se rencontrent absolument de partout sur l’itinéraire (bouteilles en plastiques, emballages de snacks, etc…). Vous pouvez limiter vos déchets en évitant de consommer les snacks vendus dans les lodges (barres de chocolats, biscuits…) mais plutôt en prenant le temps de vous arrêter pour un petit pancake ou acheter des fruits (pas d’emballage). Ou encore en apportant avec vous vos propres snacks sans emballage (comme des fruits secs par exemple).
  • Montrer l’exemple en ramassant les déchets : en redescendant de l’ABC, je me suis muni d’un sac et j’ai ramassé les déchets que je croisais sur le chemin. J’ai collecté environ 2 kg en une seule journée ! Mon geste était insignifiant au regard de la quantité de déchets sur le sentier (et au final, ils seront tout de même brûlés), mais plusieurs personnes ont réagi en me voyant faire, notamment les guides locaux. Je me dis que si mon geste fait réfléchir ne serait-ce qu’une ou deux personnes, qui font la même chose à leur tour, qui inspireront d’autres personnes, et ainsi de suite, alors peut-être qu’un jour ces montagnes magnifiques seront moins polluées…  Ce raisonnement peut certes paraître utopiste, mais si ce n’est pas nous qui agissons, alors qui le fera ?

 

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article, si vous avez des remarques ou des questions concernant le trek, n’hésitez pas à me contacter, et bonne route sur les sentiers, d’ici ou d’ailleurs !

Les sangsues

Fin octobre – début novembre, pas de sangsues, même dans les zones humides.

Argent

 

Il n’y a pas de distributeurs sur la zone du trek, assurez-vous d’avoir assez d’argent pour couvrir tout votre séjour. A deux personnes en fin octobre (début de la haute saison), nous avons pu nous en sortir pour environ 4000 roupies / jour (3 repas/jours, pas d’alcool).

 

Précisions sur les lodges

 

  • Le concept de « Hot shower » est très variable d’un lodge à l’autre. L’eau peut être brûlante (chauffe-eau au gaz) ou pas glacée comme celle qui sort du robinet, mais pas chaude non plus (ni tiède d’ailleurs…)
  • Si vous commandez un ‘Dal Bhat’, le plat typique, on vous donnera du rab gratuitement si vous le voulez (ce qui n’est pas vrai avec les autres plats). A voir combien de soirs vous pouvez tenir au Dal Bhat ! ;)
  • A partir de Bamboo, l’itinéraire suit l’unique vallée qui monte à l’ABC, dans une zone sacrée. Il n’y a plus de villages permanents et les infrastructures ont été construites spécialement pour les touristes. Les lodges sont moins nombreux, et toutes les personnes qui vont et qui reviennent du camp de base passent par ici. Tous les lodges d’un village peuvent être complet en haute saison. Dans ce cas, pas de panique, on vous invitera à dormir dans la salle commune (comme le font les porteurs dans la plupart des cas).
  • Les locaux se lèvent entre 5h et 6h du matin pour se coucher vers 21h, 22h.
  • Pour dormir : prendre un duvet ou non ? A la période où le trek a été réalisé, on pouvait éventuellement se passer d’un duvet en empilant deux couettes l’une sur l’autre (et lorsque l’on est un couple, très souvent il n’y a pas de lit double, donc on rapproche deux lits simples et l’on a double couette !). Niveau propreté, c’est plutôt correct, mais l’on peut prendre un sac à viande pour éviter le contact direct avec la couette et les draps. La nuit, la température descend en moyenne à 10°C dans la chambre (et 5°C au ABC), donc si vous optez pour le duvet, pas la peine de prendre votre duvet d’expé dernier cri.
  • Pour les personnes connectées, le wifi est disponible dans les lodges (de 100 à 300 roupies par appareil), mais le débit est incroyablement lent.
  • Généralement des prises de courant sont disponibles dans la salle commune pour recharger les appareils moyennant une centaine de roupies mais elles peuvent être prises d’assaut. Pour être autonome mieux vaut une petite batterie externe.

Préparer son itinéraire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si l’on part sans guide, quelques précisions pour préparer son itinéraire :

  • Fin octobre – début novembre, c’est la saison sèche. Mais ça ne veut pas dire que le ciel ne peut pas être nuageux. La meilleure visibilité se trouve le matin, du lever du soleil (de 6h-6h30 au milieu de matinée). Ensuite, les nuages apparaissent et le ciel peut franchement se couvrir à partir de 13h - 14h. Du coup, le moment idéal pour marcher se situe le matin.
  • Bon, on l’aura compris, l’Himalaya, ce n’est pas plat ! Du coup le trek se résume souvent à partir du village où l’on a dormi, sur une crête, pour descendre tout en bas aller chercher un pont qui traverse la rivière, et remonter sur le versant d’en face. Dans la journée, vous ferez rarement une seule grosse montée, suivie d’une seule grande descente, mais plutôt des montagnes russes… Euh… Népalaises !
  • Le rythme de marche va dépendre de la condition physique de chacun, de l’habitude, du poids du sac, des petits bobos, de l’envie de prendre le temps ou non… En gros comptez de 200m à 400m de dénivelé positif par heure, et de 300 à 600m de dénivelé négatif par heure. Par exemple, une journée de 800m de dénivelé positif et 800m négatif prendra environ 7h (2h45 de montée et 2h de descente, 1h de pause à midi et 1h de pause morcelée dans la journée), soit de 8h30 à 15h30 par exemple.
  • Même si l’ABC n’est pas très haut pour le Népal (4130m), il faut prendre en considération le MAM (mal des montagnes), qui peut obliger à prendre un jour de plus pour l’acclimatation.
  • S’assurez d’avoir au moins un jour de réserve dans le trek pour les imprévus (mal des montagnes, pluie, état de forme…)
gallery/img_0014-min

La carte

 

Si vous partez sans guide, une carte vous sera indispensable. Les plus précises que l’on trouve facilement sont celles de Nepal Map Publisher. Elles sont en vente un peu partout à Kahtmandou ou Pokhara pour 500 roupies.

Pour ce trek, prendre la carte « Annapurna Base Camp » au 1:50000ème (c’est-à-dire que 1cm sur la carte correspond à 500m sur le terrain). L’équidistance (la différence d’altitude entre deux courbes d’altitude marron sur la carte) est de 40m. Donc par exemple si le chemin coupe 3 courbes marron sur 2 cm, c’est-à-dire que sur le terrain il y aura un dénivelé de 120m sur 1km, vous suivez ?

 

En revanche, si la carte est très utile, elle n’est pas très précise, elle donne plutôt des indications générales. Quelques informations sur lesquelles il ne faut pas trop se fier :

  • Les temps de marche indiqués sont assez fantaisistes. Se référer plutôt au paragraphe ‘préparer son itinéraire’.
  • Les altitudes des villages sont plutôt données à titre indicatif. En effet, étant situés sur des pentes souvent abruptes, il peut y avoir une centaine de mètres de dénivelé entre le point haut et le point bas du village.
  • Il y a parfois des villages indiqués sans lodges alors qu’ils en sont pourvu et inversement.
  • Des pistes qui ne sont pas indiquées sur la carte ont été construites, notamment une qui remonte toute la vallée de la Modi Khola de Birethanti à Motkyu, et qui monte également à Ghandruk.
  • Le chemin ne passe pas tout le temps exactement où la carte l’indique. A moins que vous ne soyez un pro de l’orientation ou que vous cherchiez un point extrêmement précis sur la carte, ça ne devrait pas vous posez de problème.
gallery/img_9192-min
gallery/img_9254-min
gallery/em583112_web